750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion du Salé au Sucré

Soupe de poissons de Villefranche

Soupe de poissons de Villefranche

 

La chance parfois réserve des bonnes surprises. Avoir des amis est, en sois, une bonne chose. Que ceux-ci soient des passionnés de pêche en mer et qu'ils remontent des tas de poissons est bien aussi. Mais que leurs épouses respectives soient devenues allergiques a toute sorte de cuisine a base des fruits des pêches, c'est tous simplement du pain béni.

N'écoutant que ma compassion légendaire, je les déleste volontiers du précieux butin. Et me voilà avec ce qui ferait rêver n'importe quel cuisinier amoureux de son art : des poissons à soupe, du pays, extras frais ! Pageots, girelles, rouquier, gobis, sar, sarran, petites dorades etc...Je les mangerais cru, si je ne maitrisais pas.

Certes, ma maison ne va plus sentir la rose pendant deux jours, mais au diable, je m'attaque à ma soupe illico.

Pour les ingrédients:

Environ 2 kg de poissons

1 oignon

1/2 tête d'ail

2 carottes

1 bulbe de fenouil

1 poireau

2 pommes de terre

5 tomates

1/2 cac de safran

Piment, sel poivre une branche de thym

 

 

 

Nettoyons les poissons, du moins les plus gros. Arêtes, viscères. Pour les autres, un bon bain à l'eau clair  suffira.

Nettoyer les légumes. Eplucher les carottes, l'ail, l'oignon, les pommes de terre.

Dans une casserole de bonne facture, faire revenir dans un fond d'huile d'olive, l'ail et l'oignon. Ajouter les poissons et remuer jusqu'a ce que le mélange commence à accrocher. Sans attendre, ajouter le fenouil, le poireau  et les carottes en morceaux, et la branche de thym.

Mouiller jusqu'à immersion totale. Ajouter tomates et pommes de terre. Laisser prendre l'ébullition. Ajouter, ensuite, sel poivre et le fameux safrans, qui va donner une couleur sympa, dans les teintes de soleil se couchant sur les collines de l'Esterel et .......ola ! Je me calme !!  

                       

                   

Après une heure de cuisson, le moins drôle est à venir.

Il va falloir, dans un premier temps, réduire en purée l'ensemble à l'aide d'un mixer plongeant. C'est chaud, ça gicle partout et ce n’est pas fini. Le mélange obtenu doit être passé au "chinois", passoire fine, qui captera tous ce qui peut-être très désagréable sous la dent.

La soupe est finie, enfin presque, car si on oublie le verre de Pastis avec le dernier réchauffage, le fantôme de Raimu risque de vous mordre un pied.

Ne pas oublier les croutons à l'huile d'olive frottés à l'ail ainsi que la rouille obligatoire pour un réel moment d'authentique  culture méridionnale.

 

Partager cette page
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :